Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Grand Bal de Noël.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Grand Bal de Noël.    Lun 20 Déc 2010 - 0:56

    Je suis là, devant la salle des fêtes, immense, imposante. J'attends. J'attends l'heure pile pour mettre la clé dans la serrure, la tourner, et commencer à installer les derniers préparatifs pour la soirée. Personne alentour. Je suis seul, complètement seul, grandement seul, inopinément SEUL. Et je ne m'en plains pas, je délecte, je jubile. C'est tellement rare. Rare d'être seul, au calme, dans la nuit, dans la rue comme ça. Je jette un rapide coup d'œil à ma montre. Trois secondes, deux... je serre l'épaisse clé dans ma main, la dirige vers la serrure, l'y enfourne, la tourne. Je pousse la porte, un sourire crispé accroché au visage. Quand va-t-elle arriver ? Je parle de Tsukiyo. Elle doit m'aider à mettre les plats sur les tables et accrocher les décorations qui sont dans le grand carton. Il n'y en a pas beaucoup, mais en une demi heure et tout seul, ce serait tout de suite plus compliqué. D'ailleurs, Apocrypha aussi devrait être là. Lui qui est d'habitude si ponctuel ! Cette année, il me semble qu'il n'a pas de partenaire. L'année dernière, il avait dansé avec un élève anglais du nom d'Akatsuki pour le Bal du 4 Avril. Je m'en souviens parce que ce jeune était toujours fourré avec lui hors des cours... il m'est souvent arrivé de les croiser ensemble en ville. Enfin bref.
    J'entre, referme doucement la porte de verre et passe le petit hall. Une porte automatique s'ouvre alors que je m'avance, puis se referme lorsque je suis passé. J'examine avec minutie le décor que nous avons planté hier. Le sapin est fin prêt, il ne manque plus à allumer les guirlandes électriques clignotantes pour que tout soit parfait. Le public va adorer. Je m'étire tout en me dirigeant vers le fond de salle, là où est dressée une somptueuse table, longue de quelques mètres, sur la largeur, d'un mur à un autre en laissant le loisir aux gens de la contourner pour plus de place. La petite pièce fermée et dont la porte se situe à droite derrière la table contient en fait de grands réfrigérateurs, où sont entreposés tous les mets pour la grande soirée. Je retrousse les manches de ma chemise noire puis commence à sortir des plats en fer, prenant soin d'enlever le cellophane de sur les aliments. Je fais plusieurs allers et retours avant d'apercevoir, en sortant une nouvelle fois du cagibi, Tsukiyo, là-bas, devant l'entrée. Je lui fais un signe maladroit, les deux mains prises, manquant de renverser la moitié des petits pains sur le plateau. Dans un soupir de soulagement pour avoir récupéré la bouffe sur le fil, je pose le plat et la hèle puis lui propose de me donner un coup de main.

    Enfin ! Tout est prêt. Les plateaux sont gracieusement disposés, les décorations sont joliment accrochées, nous sommes changés, parfumés, coiffés. En bref : prêts à accueillir les prochains participants. Je me tourne vers Tsukiyo, bombe le torse légèrement, l'air de dire « On a fait du beau travail ! » puis tapote sur sa tête de manière neutre. Pas de sourire, pas d'expression, rien. J'admire notre œuvre sur les murs, sur les tables. Finalement Apocrypha ne sera pas venu, mais nous avons bien avancé. Plus que quelques minutes et les gens commenceront à arriver.

    Je me dirige donc vers la porte coulissante de l'entrée. Je me poste là, ma montre à gousset engoncée dans la poche intérieure gauche de ma veste noire. J'hésite à la regarder, mais si je commence, je vais y jeter des coups d'oeil toutes les deux secondes. Je me connais, en grand ponctuel que je suis. J'inspire donc à fond, bloque un moment, puis relâche et me détends. La montre restera dans ma poche. En attendant et pour ne pas y toucher, je réajuste le foulard gris que j'ai autour du cou pour paraître parfait. Je vois parfait, je pense parfait, je vis parfait : je suis parfait ! Aucune inquiétude.

    Puis, les premiers invités et inscrits pour le Bal commencent à faire leur entrée... je les toise, les dénude presque du regard. Comme si je ne les avais jamais vus. Bien sûr, je reconnais des collègues et des élèves...
Revenir en haut Aller en bas
Apocrypha Apocalypso
× Bløødthirsty Executiøner ×
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1437
Age : 23
Où es-tu ? : A côté de mes voisins !
Quelque chose a avouer ? : Moi ?! Naon ! o.O
Date d'inscription : 20/03/2009

Renseignez-nous !
Je suis plutôt quelqu'un de...: Sociable
Et de...: Dangereux
Carnet de Rencontres:

MessageSujet: Re: Le Grand Bal de Noël.    Mar 28 Déc 2010 - 20:50

    Je suis en retard. Je n'aime pas être en retard. Être en retard, c'est une preuve de bordélisme. Je ne suis pas bordélique. Je n'aime pas le bordel ! Tout doit être rangé, classé, symétrique. Sinon je suis pas content. C'est pour ça, que je suis en retard. J'ai voulu avoir un costume qui mette bien en valeur mes cheveux bleus ; maintenant que je l'ai, je ne vais pas pouvoir aider Tres et une élève que je ne connais point nommé Tsukiyo à décorer la pièce. Je soupire en prenant mes clés puis sors, prenant soin de fermer deux fois la porte. Je m'éloigne en rangeant mon porte-clés dans ma poche et sortant celles de ma Peugeot RCZ ; une des plus belles voitures du monde à mon goût. Je prends l'ascenseur en faisant tourner le cordon entre mes doigts, signe d'impatience en de trouble. Je m'avance en trombe dans le hall, ne salue pas le portier et resserre mon écharpe une fois devant la porte. Bonsoir, brise de l'hiver mordant ! Bonsoir, neige dégringolant du gris ciel de fin de journée ! Liberté. Le mot me fait frémir. C'est la moitié des vacances et j'ai passé mon temps à écouter du Bach en écrivant dans mon étage. Je me dirige vers le parking avec conviction, repère ma voiture chérie et la flatte avec quelques mots rassurants :

    « Ne t'inquiètes pas, dehors il fait froid, mais papa va vite allumer le chauffage et tu ne sentiras plus rien... Tu sais, papa t'aime plus que rien ni personne au monde. Y a que toi ici-bas qui peut m'apporter cette chaleur dont j'ai tant besoin... »

    Je pouffe de rire en silence en me reprenant à parler à ma voiture. Quoi que, c'est clair, il n'y a qu'elle au monde qui puisse me réchauffer autant en hiver avec son chauffage surpuissant. J'ouvre la portière et m'assois enfin au volant. Je quitte mes gants noirs, insère la clé et fais vrombir le moteur...

    Je me gare dans un coin plutôt retiré. J'aurais peut-être une cinquantaine de mètres en plus à marcher pour atteindre la salle, mais ce n'est rien comparé à la sécurité de ma voiture adorée. Je sors donc, la ferme précautionneusement et me presse avant l'arrivée des premiers participants et surtout pour retrouver les deux autres et pouvoir m'excuser auprès d'eux pour leur avoir posé le plus gros lapin de la saison. J'arrive à reprendre mon souffle dix mètres avant l'entrée puis m'y rends, plein de détermination dans le regard. Je pousse l'un des battants de la porte en verre, le referme derrière moi puis secoue mes cheveux bleus - coupés dans l'après-midi même pour ne plus avoir à m'inquiéter de comment les attacher - car pleins de neige. Je ne fais même pas deux pas en avant que je me prends un obstacle invisible. Je tends les mains devant moi, tâte... non, ce n'est qu'une vitre. D'ailleurs, qu'on me l'ouvre ! Place, place, le Prince Bleu est arrivé !...
    Un déclic se fait entendre et la fenêtre coulisse sur le côté, me laissant ainsi passer. Je lui tire une révérence de remerciement - oui, je remercie les meubles. Et je croise les bras derrière ma tête en m'avançant après le corridor.

    « Hello ! Apocrypha est là, mes chous ! La fête peut commencer, sortez le Champagne ! »

    Je connais bien Tres. Il va m'accueillir froidement, comme d'habitude, puis me faire mille reproches de son ton robotique. Quasi-figé. En revanche, je ne sais pas à quoi m'attendre de la part de ladite Tsukiyo Yume, la Ô combien prestigieuse présidente du Conseil des Élèves, recommandée par notre Proviseur-Fantôme. C'est juré, bientôt, j'asservirai cette académie de damnés...

    « Alors, on n'attend pas Patrick ?! »

    Blague lancée sans grand espoir de réponse. Puis soudain, le maître du stoïcisme en personne, là, devant moi. Grand et fort. Il me surpasse d'une dizaine de centimètres, imposant par sa seule présence et noble par sa manière de se tenir. Le pire, je crois que c'est quand il parle.

    « Salut, Tres ! ~ Alors, vous avez tout décoré sans moi...? Je suis vraiment désolé... comme tu peux le voir, j'avais une ToOoOonne de choses à faire cet après-midi... comme aller chez le coiffeur, par exemple... ~ Qu'est-ce que tu en penses, hein ? »

    Je ne m'attendais pas vraiment à une réponse en disant cela. En effet, ma question se heurte automatiquement au bloc de glace qui me fait face. De la glace qui ne fond pas, de la glace qui ne se brise pas. Du diamant, en fait. Je lève les yeux sur lui et ris de mon rire mesquin.

    « Toujours aussi chaleureux. Je devrais essayer un jour, avec toi... »

    J'examine donc la salle autour de moi. Ils n'ont pas lésiné sur le décor, ça c'est clair. Si les gens ne se sentent pas comme dans un manoir en période de fêtes, c'est vraiment qu'ils ont une politique de contentement... à réviser. J'applaudis fort mais lentement. Ironie, quand tu me tiens...

    « Tu m'impressionnes, Tres ! Je ne te savais pas capable d'une telle performance dans ce qui est de la décoration d'une pièce... uhuhu... »

    J'aime bien le taquiner. C'est si drôle, quand il me répond son éternel « Si je puis me permettre, vos remarques cinglantes ne m'atteignent pas, monsieur Katsuo ». D'ailleurs, je ne sais pas d'où ni comment il connait mon véritable nom... cet homme me fait parfois flipper, à vrai dire. J'attends sagement qu'il réitère sa phrase, pour la énième fois dans l'année, lorsque soudain... les portes s'ouvrent.

    Je me tourne, faisant face aux premiers arrivants, puis leur fais une polie courbette digne des plus grands majordomes...



[ LE BAL EST OUVERT ! ]

_________________

Invité
,
Je te trouverai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Grand Bal de Noël.    Mer 5 Jan 2011 - 21:04

    À vrai dire, je m'étais inscrit à ce bal plus par ennui que par envie... Mais après tout, pourquoi ne pas se laisser, pour une fois, emporter par cette fête aux couleurs rouges et blanches ? Enfin, je dis ça mais... Je n'ose même plus sortir dehors, l'idée de devoir supporter des dizaines de personnes m'étouffe déjà, sans parler de la chaleur qu'il va se dégager dans toute la salle de fêtes. Mon Dieu, si je ne suis pas mort avant minuit, c'est que j'aurais eu énormément de chance.

    Mais maintenant... Je dois y aller, je ne dois pas, je ne peux pas, manquer ce fichu bal et cette chaleur étouffante ?! et ça y est, je suis sur les nerfs, mon humeur exécrable va poser quelques problèmes je crois... Ou pas, à vrai dire je m'en fiche, néanmoins, bien que je me sois inscrit sur un coup de tête, il faut que j'y aille, pas le choix.

    Pas de vêtements très particuliers pour l'occasion, mon pantalon rouge habituel se voit échangé contre un jean foncé et ma veste aux couleurs voyante contre une veste du même noir. Enfin une veste... Je dirais plutôt un long manteau que portent les gens desquels on se méfie sans les connaître, les préjugés nous étreignant... Je m'emporte et dérive, ça change tiens. Ma seule adaptation aux fêtes est 'écharpe rouge avec ses bords blancs et doux, presque comme de la neige.

    Rien que l'évocation de la poudreuse qui tombe par de légers flocons dehors me tire un petit sourire qui n'est accordé qu'au vide. La tête dans les nuages, je marche en direction de la salle des fêtes dans l'espoir de ne pas crever dans une chaleur suffocante. Après tout, peut-être récolterais-je quelques informations intéressantes, voire utiles ? Après tout, chacun ne se relâche-t-il pas à la période de noël et laisse apparaître plus facilement ses faiblesses ?

    Sans m'en rendre vraiment compte, j'arrive devant la salle des fêtes et m'arrête brusquement, juste avant la vitre. Encore un peu et j'aurais pu lui dire bonjour et même l'embrasser tant que j'y étais ! Sérieusement, ce n'est pas que j'ai quelque chose contre les vitres mais... Mais si jamais elle venait d'être lavée ? J'aime pas du tout le goût du produit qu'il utilisent, nan, c'est vraiment immonde comme goût.

    J'entre dans la salle et vois Apocalypso me faire une courbette, un vrai dégénéré ce type si vous voulez mon avis. De toute manière, même si vous n'en vouliez pas je vous le dirais quand même donc cela revient au même. J'aperçois peu de temps après Iquus et Yume, ouf, je ne suis pas seul avec cet illuminé...

    Ça y est, le bal a commencé, c'est parti pour une soirée où je risque de crever de chaleur avant la fin. En m'avançant dans la salle, un sourire oh combien discret gagne furtivement mes lèvres, avant que je ne reprenne mon sérieux en soupirant un coup, déjà dans un coin de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Grand Bal de Noël.    Dim 9 Jan 2011 - 19:31

Emi avait décider de s'inscrire au bal parce qu'elle avait toujours adorer ce genre de chose là, elle avait décider d'y aller seule, elle trouvait que c'était beaucoup mieux, enfin d'apres elle...

Elle avait prit le temps de bien s'habiller, elle avait demander à sa mère de lui trouver une belle robe, histoire de faire bonne impression... La robe que cette dernière lui avait trouver était des plus ravissante, une sublime petite robe lui arrivant jusqu'au genoux d'une belle couleure noire, elle en était très fière, et elle avait vraiment hâte d'être au bal pour pourvoir la revêtir, elle s'était promis de ne pas la mettre avant, même si ça avait plusieurs fois tentant... Avec ça, elle avait des petites chaussures de la même couleur et toute aussi ravissantes.

Elle s'était longtemps coiffée, elle avait essayer plein de nouvelles coiffures, avec ou sans ses barrêtes qu'elle avait l'habitude de mettre tout le temps mais que aujourd'hui, elle avait décider de laisser tomber pour le bal, elle avait essayer les queues de cheval, les deux couettes sur le côté, mais rien ne l'avait vraiment satisfaite, elle n'avait donc rien mit..
Elle mit aussi la si belle robe les chaussures, un collier doré au cou, puis quelques bracelets et des choses du genre...

Ensuite, elle sortit de sa chambre, elle était vraiment contente de s'être incrite à ce bal, au début, elle hésitait un peu, mais plus maintenant, elle savait ce qu'elle faisait après tout...

Emi se dirigeait vers la salle de bal. Maintenant, elle hésitait de ne pas avoir mis de maquillage, elle s'était dit que ne pas en mettre aurait fait joli, mais elle aurait du quand même mettre un peu de glosse...
Elle avait pênetrer dans la salle de bal, elle regarda le monde qu'il y avait, personne qu'elle ne connsaissait à première vue, pleins de gens étaient déjà là, peut être était-elle arrivée en retard... Mais elle n'avait pas sa montre et elle ne pouvait pas vraiment savoir l'heure, elle vit enfin quelques personnes qu'elle connaissait, elle se dirigea vers eux...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Bal de Noël.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Bal de Noël.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» des idées de grand'mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Salle des Fêtes-
Sauter vers: