Beware...
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non... ? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement et rôleplayistement, le Staff d'AA ! ♥

Beware...


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 At home[PV Lucy/suite]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: At home[PV Lucy/suite]   Lun 15 Nov 2010 - 21:20

Le début par là ~

Le trajet fut plutôt calme. Je parlais tout seul histoire de faire la conversation, parlant de la météo, de musique, des cours. Cela mobilisait mon esprit et m’évitait de penser à autre chose. J’espérais aussi que ça puisse donner un point d’accroche à Lucy, pour éviter qu’elle s’endorme. A priori ça avait l’air de marcher puisqu’elle me répondait encore quand je lui demandais des précisions sur la route à choisir. Même si le trajet était court, c’était un endroit que je ne connaissais absolument pas. Ça faisait un peu mélange des genres. En général, lorsqu’un garçon transportait une fille qu’il connaissait à peine dans un endroit inconnu, ledit endroit était inconnu de la fille. Si la situation n’avait pas un motif aussi grave, je me serais peut-être autorisé un sourire. Là je n’avais pas vraiment la tête à ça. Pas avec ce qui était arrivé à Lucy.

Le trajet ne dura qu’une dizaine de minutes au final et nous nous sommes retrouvés devant un immeuble bas. Il était moderne mais sans prétention. Le genre d’endroit calme où les voisins ne passent pas leur temps à vous pourrir la vie avec des soirées sans fin ou des trucs du genre. Alors, second étage ? Prenons les escaliers, puis de toute façon je ne sais même pas s’il y a un ascenseur. Au pire, un peu d’effort n’a jamais tué personne. Puis c’est toujours sympa la scène où le héros monte des escaliers, portant l’héroïne sur son dos, tandis que le soleil se couche sur la mer derrière eux. Quoique c’est un peu trop irréaliste.

Finalement, je trouvais enfin la bonne porte. Après avoir laissé Lucy la déverrouiller, je nous fis entrer chez elle. Ma première impression ? C’est quand même plus grand que ma chambre étudiante sur le campus. Mais l’agencement était sympa. Je découvrais un peu l’appartement tandis que je cherchais un endroit où déposer Lucy. Le choix des couleurs était assez original. Le rouge dominait, néanmoins en plusieurs variantes, parfois atténué par des motifs blancs formant des papillons.

La chambre était elle aussi rouge. Seulement cette fois-ci, le rouge était plus vif et accompagné de noir. Les motifs étaient d’ailleurs plus abstraits. C’était inhabituel et un peu dérangeant. Pourtant le lit dans la pièce atténuait cette impression. C’était un lit à baldaquin en bois foncé. Après un instant de réflexion, je déposais Lucy dessus. Mieux valait qu’elle s’allonge vu son état.


« Reste là à te reposer, sinon tu risques de trop te fatiguer pour rien. Il faut que je te fasse quelque chose à manger pour que tu reprennes des glucides. Tu as une préférence pour quelque chose ? »

Ça avait été spontané. Je n’avais même pas prit la peine de réfléchir. A vrai dire, je me surprenais moi-même. Je ne me pensais pas capable de telles attentions envers quelqu’un. J’étais plutôt connu pour mon égocentrisme, pas mon altruiste. Avais-je vraiment changé à ce point ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Ven 19 Nov 2010 - 22:32

Je me demandais bien ce que pouvais penser Alto de mon appartement, après tout la décoration était comment dire… Très personnalisée… Mais bon j’y pensais sans trop y penser en fait. Le sang avait arrêté de couler hors de mon bras mais à présent je pouvais le sentir se durcir à chaque fois que mon avant bras faisait un mouvement. J’avais mal, j’avais l’impression que des milliers de petites aiguilles piquaient ma peau, pourtant je ne bronchais pas, j’écoutais toujours Alto qui parlait. Sa voix m’envoutait, me berçait, m’apaisait. Il trouva ma chambre sans mal et me déposait sur le lit. J’avais sentis un instant sa réaction lorsqu’il avait pénétré à l’intérieur. De la stupéfaction ? Peut-être, je n’aurai pas su expliquer exactement en fait. Je me sentais vaseuse, lorsqu’il me déposa sur le lit, mes forces s’enfonçaient dans le matelas pour m’y clouer, incapable de bouger.

« Reste là à te reposer, sinon tu risques de trop te fatiguer pour rien. Il faut que je te fasse quelque chose à manger pour que tu reprennes des glucides. Tu as une préférence pour quelque chose ? »

Sa voix me paraissait lointaine, j’ouvrais donc les yeux pour regarder où il se trouvait. Bizarrement il n’était qu’à un mètre de mon lit. Etais-je en train de partir pour de bon ? Le sang ne s’était-il pas arrêté ? Etait-ce une illusion ? Tout se bousculait dans ma tête et la douleur me lacéra une nouvelle fois.

« Je voudrai juste du thé avec beaucoup de sucre si cela ne te dérange pas… Tu trouveras les tasses et la bouilloire dans l’étagère murale toute à droite et le thé près du frigo sur le plan de travail… »

Ma voix vacillait, il avait raison si je ne me reposais pas je me fatiguerai encore plus… Pourtant une fois qu’il avait quitté la chambre je me décidais à me lever… D’un pas léger et sans bruit je me retrouvais vite dans la salle principale. Il se trouvait de dos et ne pouvait donc me voir, j’en profitais pour aller dans la salle de bain. Une fois dans celle-ci je me laissais glisser contre le mur pour atteindre le sol sans trop de brutalité. J’avais toujours été curieuse… Je voulais voir si l’impression que j’avais été fausse ou non. Je levais alors la manche de mon pull et écarquilla les yeux face à mon bras. Le bandage était rouge de sang, il s’imprégnait encore de celui-ci. Des larmes recommencèrent à couler de mes yeux.

*Quelle idiote !*

Je me relevais avec un étourdissement et me mis face au grand miroir, me regardant droit dans les yeux, scrutant mon corps, j’enlevais ensuite mon pull, laissant apparaitre les cicatrices qui striaient mes avants bras et quelques fois le bas de mes épaules et mes clavicules.

*Tu me dégoûtes !!!*

Sans vraiment comprendre ma force m’était revenue l’espace d’un instant. Un instant pour faire voler en éclat ce qui se trouvait près de mon lavabo, faisant valser mes trousses de toilette, mes médicaments qui s’étalèrent à terre. Je pleurais, encore et toujours, me laissant retomber à terre avec plus de violence cette fois-ci. A présent à terre j’étais une poupée de chiffon, désarticulée, molle. Assise les jambes écartées, bras tombant entre elles, dos recourbé sur lui-même, cheveux devant les yeux. Je voulais qu’il parte, lui hurler de partir d’ici pour ne pas qu’il me voit ainsi mais impossible. Rien ne sortait, aucun son. Je sentis un vertige arriver, ma tête tournait, mon corps se crispait légèrement et en rythme des larmes s’échappaient de mon corps, mouillant les cheveux que j’avais devant les yeux.

*Pourquoi ? *

« Pourquoi je suis comme ça » Chuchotais-je à moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Ven 19 Nov 2010 - 22:34

« Ok, je m’en occupe tout de suite. »

Je me dirigeais vers la cuisine, espérant qu’il n’arrive rien. Lucy avait l’air vraiment affaiblie par sa perte de sang. Franchement, oui je m’en voulais d’avoir été négligeant avec ça. J’aurais dû trouver une autre façon de l’aborder, de lui parler pour éviter qu’elle ne sursaute. J’aurais dû éviter tout ça. J’aurais préféré la rencontrer dans d’autres conditions, moins tristes.

Je n’eus pas trop à chercher pour trouver la bouilloire et les tasses. Aussi je mis rapidement l’eau à chauffer. Ça me laissait le temps de trouver le thé et du sucre. J’eu au peu de mal avec ce dernier, n’osant pas trop fouiller dans les placards de la jeune fille. Mais d’un autre côté, il n’y avait pas d’autre solution si je voulais que son état s’améliore. Aussi pris-je un peu sur moi-même pour ces morceaux de sucres rapides dont l’importance était ici vitale. Une fois cela fait, et comme l’eau état bouillante, je pus rajouter le thé et le laisser infuser. Il fallait encore attendre un petit moment. Mieux valait voir si Lucy était toujours réveillée.

Je ne la trouvais pas dans sa chambre. Elle avait changé de pièce sans que je m’en rendre compte. Pourtant elle ne devait pas le faire. Elle était déjà trop faible. Si elle s’épuisait pour rien, elle pourrait aggraver son état… J’entendis des bruits alors que je revenais à la cuisine. Ça venait de la droite, d’un endroit de l’appartement où je n’étais pas allé. Inquiet, je me dépêchais de me rendre vers l’origine de ces bruits. Ils venaient d’une pièce à côté de ce qui semblait être un coin lecture et peinture. C’était la salle de bain. Parmi tout ce blanc, je vis immédiatement la jeune fille.


« Lucy ! »

Elle était étendue contre le mur. Je ne vis pas tout de suite son poignet, voulant comprendre ce qui lui était arrivé. Lorsque mes yeux se posèrent sur son poignet, je compris. La blessure n’arrivait pas à se refermer. Elle était trop profonde et à cause de la pression sanguine, le sang ne pouvait pas coaguler. C’est sûr, si je ne faisais rien, elle allait vraiment y passer. Attrapant ce qui semblait être une trousse de soin, je m’agenouillais rapidement à côté d’elle.

« Lucy écoute, tu saignes encore et il faut que j’arrête ça, après le mieux serait que je t’appelle une ambulance ou que je t’emmène à l’hôpital. Je sais, tu ne veux probablement pas y aller. Mais si je n’arrive pas à ce que ta blessure se referme, je ne te laisserais pas le choix. »

Je sortis des bandes de le trousse et découpa deux longueurs dedans. J’en attachais une de chaque côté de la blessure afin de limiter l’arrivée du sang. Ainsi avec moins de pression, même si la quantité était moins importante, ça devrait aller. Enfin je croyais. Mes cours de biologie remontaient à loin et ce que je faisais ressemblait plus à de l’amateurisme qu’à une réelle intervention pour des premiers secours.

Une fois le sang ralenti, je pris du coton que j’imbibais de désinfectant.


« Je suis désolé, ça va probablement faire mal, mais je n’ai pas le choix. Franchement si je pouvais faire autre chose, je le ferais. Si tu as trop mal, essaye de mordre quelque chose, même si je n’ai que mon bras sous la main, ça devrait faire l’affaire…»

Sans lui laisser vraiment le temps de répondre, je plaquais le morceau de coton contre sa plaie, serrant la main pour joindre un peu plus les deux côtés de l’entaille.

*Faites que cela marche, s’il vous plaît !*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Dim 21 Nov 2010 - 23:02

Je me retrouvais ensuite contre le mur, mes jambes m’ayant poussée je ne sais comment lorsque j’entendais Alto m’appeler. Je levais la tête lentement pour le regarder et sourire doucement, pourquoi ? Je n’en sais rien. Peut-être pour le rassurer et lui faire comprendre qua ça irait ? Même si je savais que c’était le contraire, je sentais le sang couler encore et encore d’une de mes plaies, la plaie la plus profonde de toutes les autres.

« Lucy écoute, tu saignes encore et il faut que j’arrête ça, après le mieux serait que je t’appelle une ambulance ou que je t’emmène à l’hôpital. Je sais, tu ne veux probablement pas y aller. Mais si je n’arrive pas à ce que ta blessure se referme, je ne te laisserais pas le choix. »

« T’inquiète pas… » Je toussotai dans un petit rire avant de continuer. « J’ai vu pire tu sais et je suis toujours là … N’appelle pas d’hôpital s’il te plait c’est tout ce que je te demande… »

* Le sang s’arrêterai bien un moment ou l’autre de toute façon… Je crois.*

Je regardais ensuite mon nouvel ami, après tout comment peut-on appeler quelqu’un que l’on ne connait pas s’occuper ainsi de nous ? Mais pourquoi le faisait-il au juste ? C’était tellement plus facile de me laisser, après tout j’étais chez moi et si le sang continuait et que j’y restais, lui n’aurait pas de problème…

« Je suis désolé, ça va probablement faire mal, mais je n’ai pas le choix. Franchement si je pouvais faire autre chose, je le ferais. Si tu as trop mal, essaye de mordre quelque chose, même si je n’ai que mon bras sous la main, ça devrait faire l’affaire…»

Je rigolais de nouveau d’un rire faiblard, le mordre ? Il me prenait par les sentiments, j’adorais ça, mordre, de puis longtemps ça n’avait pas changé. Cela me faisait un bien fou et me défoulait mais tout de même pour une fois je ne me permettrais pas et à vrai dire j’étais vraiment pas en état pour le mordre.
Tout d’un coup sans que je ne le voie arriver, je sentis quelque chose de froid se poser sur la plaie encore à vif. J’eu un sursaut et la douleur me montait au cerveau. Dans un cri que je ne pu contrôler entièrement les larmes recommençait à couler. J’avais affreusement mal, ma tête tournait et je me sentais partir. Mais non, je ne devais pas, je ne devais pas perdre connaissance, il s’inquièterait encore plus. Je ne veux pas, il ne faut pas, j’ai mal, je veux que cela cesse. Juste sombrer un instant pour que cela cesse… sans qu’il le voit… Non je n’arriverai pas….

* Je ne peux pas tenir c’est insupportable.*

C’est ainsi que sous l’effet de cette douleur atroce qui me poignardait par à-coup je rejoignais un monde imaginaire. Totalement noir, des arabesques de couleur arc-en-ciel volant autour de moi. Je ne savais plus où j’étais, je savais juste que j’étais tombée sur lui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Lun 22 Nov 2010 - 19:36

« Lucy ? »

Pas de réponse. Juste ce cri à glacer le sang puis plus rien. Elle gisait dans mes bras. Inconsciente. Le choc avait été trop violent. Pourquoi n’y avais-je pas pensé ? La coupure avait probablement déjà mit ses nerfs à vif. Et le désinfectant était directement allé les brûler. Cela avait dû être horrible. J’avais voulu l’aider et au final je lui avais fait encore plus de mal. J’étais stupide, incapable de faire quoi que ce soit d’utile. Stupide et inutile. Une belle combinaison. Pas besoin de s’étonner de que me sois drogué pendant si longtemps. Je n’étais rien d’autre qu’un déchet. Ça faisait mal. Des larmes s’échappèrent de mes yeux tandis que mes bras entouraient le corps inerte de Lucy. Oui ça faisait mal de me rendre compte qu’au final, malgré tous mes efforts je ne servais à rien. J’étais juste un parasite. Incapable d’être autonome, dépendant des autres.

Non, je ne devais pas rester comme ça. Je devais penser à Lucy. Je ne devais pas la laisser comme ça. C’était de ma faute et tant que je le pouvais, je devais faire quelque chose. Alors, laissant couler mes dernières larmes, je me relevais, portant la jeune fille au corps si frêle dans mes bras. Je l’amenais jusqu’à sa chambre pour la déposer une nouvelle fois dans son lit, le recouvrant bien de ses draps pour éviter que son corps ne se refroidisse trop. Puis je retournais à la salle de bain, récupérer de nouveaux bandages stériles. Maintenant que la plaie avait été nettoyée, inutile d’infliger plus de souffrances à Lucy. Tout ce qu’il fallait maintenant c’était que sa coupure se referme en douceur. Plus besoin de désinfectant. Juste un bandage laissant passer suffisamment d’oxygène pour que le sang, ralenti par les garrots, coagule.

Je déposais le plus délicatement possible le bandage sur son bras. Celui-ci ne tarda pas à se teinter de pourpre, mais en faible quantité. Preuve que finalement la plaie commençait enfin à se colmater. Je pus m’autoriser un soupir de soulagement. Il fallait maintenant que Lucy se repose. J’espérais que cela n’allait pas s’aggraver. Sinon quoiqu’elle dise, je l’emmènerais à l’hôpital. Je ne comptais pas regarder une personne mourir sous mes yeux sans rien faire. Sinon, je ne pourrais pas non plus y survivre.

Après m’être assuré une nouvelle fois que l’état de Lucy s’était stabilisé, je l’abandonnais un court instant afin de rapprocher la chaise de bureau de son lit, afin de pouvoir me mettre à son chevet. Maintenant, il ne restait plus qu’une seule chose à faire.

Attendre.

Ce n’était pas forcément simple. J’étais rongé par la culpabilité et maintenant que j’étais seul avec moi-même, mon esprit s’en donnait à cœur joie pour me maudire encore et encore. Des larmes recommencèrent à couler de mes yeux tandis que je tentais de réfréner mes sanglots. Pourquoi étais-je si faible ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Lun 22 Nov 2010 - 20:39

« Lucy ? »

Une voix qui résonnait et me semblait lointaine…J’aurai aimé lui répondre, j’aurai aimé bouger mais impossible de faire tout ça. Mes membres ne m’obéissaient plus. Plus aucunes douleurs mais en contre partie je me retrouvais dans ses bras inconsciente. Entendant ce qu’il me disait, sentant ses larmes couler sur moi. Il pleurait… Par ma faute... et moi ? Moi je ne pouvais rien faire. Tout était de ma faute… Je voulais qu’il parte ? A présent je désirai seulement pouvoir lui dire que ce n’était rien, je souhaitais seulement le rassurer en lui disant que grâce à lui, tout irait bien mais impossible de le faire. Je le sentais me serrer contre lui. A quoi pouvait-il bien penser ? Pourquoi s’en voulait-il à ce point ? Après tout ce n’étais pas de sa faute si j’étais en train de me couper les avant-bras avant qu’il arrive… Quelle sotte… je ne savais que causer de la peine et la mort autour de moi, je n’étais bonne qu’à ça…

Je sentis soudainement mon corps s’élever. Encore une hallucination ? Dans la noirceur de l’endroit où je me trouvais voilà que deux bras immenses venaient m’enlacer. Deux mains se refermaient sur moi mais pourtant je ne paniquais pas, non, ces mains étaient douce et sentaient la confiance, le bien-être. Mon corps se recroquevilla à l’intérieur de celles-ci, je me sentais bien.
Une chaleur commençait alors à m’envahir et mon corps redescendait peu à peu puis lorsque je regardai autour de moi les mains avaient disparu. J’étais à nouveau seule dans mon inconscience, perdue dans le noir. Moment de panique.


*Réveilles-toi !*

Nouveau trou noir qui me happe, je m’évanouis dans ma propre inconscience. Etait-ce possible ? Je n’en savais rien, les arabesques se transformaient en aiguilles translucides qui venaient s’écraser près de moi. Le silence laissait place à des sanglots… il pleurait de nouveau. Je ne voulais pas. Non.

*Réveilles-toi bon sang !!!*

C’est à ce moment précis, à cette pensée exacte que mon bras gauche pourtant endolorie bougea lentement pour venir trouver la main d’Alto. Je tournais mon visage vers lui et avec toutes les forces que je pouvais rassemblé je lui posai une question.

« Pourquoi tu pleures ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Lun 22 Nov 2010 - 23:31

« Pourquoi tu pleures ? »

Une voix douce et faible vint me tirer de mes sombres pensées. Inconsciemment, ma main se referma délicatement sur celle qui venait de la saisir. De l’autre, je chassais les larmes qui étaient restées sur mon visage avant d’enfin plonger me regard dans les yeux de Lucy avant de lui adresser un sourire fatigué.

« Désolé. Je me suis laissé emporter par les évènements. J’avais besoin d’évacuer un peu. J’ai faillit tout foutre en l’air par deux fois. Désolé, ça a probablement dut être difficile pour toi. »

Je voulais tout lui dire. Combien j’étais inquiet pour elle. Que j’étais désolé de ce qui lui était arrivé, que je m’en voulais de l’avoir encore plus meurtrie. Que j’aurais aimé qu’on se rencontre dans des circonstances différentes.

*Que je ne voulais pas être seul…*

Pourtant, rien ne sortais de mes lèvres. J’étais bloqué, incapable de parler plus que je ne l’avais déjà fait. Trop d’informations transitaient dans mon esprit et j’étais incapable de faire le tri ou même de lutter contre ce flot perpétuel. Je voulais tout lui raconter. Mais d’un autre côté ce n’était vraiment pas le moment. Elle était encore faible et avait besoin de repos. De l’autre je n’avais pas envie de lui mentir. Pas à elle.

« Pour être franc, je pleure surtout parce que je m’en veux. J’aurais dut agir autrement. Je savais comment faire. C’est juste que je n’ai pas put m’en rappeler à temps. A cause de moi tu as faillit mourir. Ne le nie pas, c’est vrai. Et c’est dur à admettre. D’autant plus que tout ça m’a rappelé des souvenirs plutôt désagréables. Mais bon je ne sais pas si c’est ce que tu veux entendre, vu ton état. Au pire ça peut très bien attendre. »

Sans transition, j’enchainais, essayant bon gré mal gré de prendre une voix un peu moins triste :

« Ne bouge pas, je vais aller te chercher ton thé, il est juste à côté et probablement prêt maintenant. »

Lâchant sa main non sans regrets, je me dépêchai de retourner à la cuisine, de prendre la théière, du sucre et deux tasses. Oui j’en aurais probablement besoin moi aussi. Une fois tout ça récupéré, je retournai dans la chambre afin de tout déposer sur une table de nuit et revenir sur la chaise. Inconsciemment je repris la main de Lucy dans les miennes.

« Au fait tu te sens comment ? Un peu mieux peut-être. Il me semble que la coupure a arrêté de saigner maintenant. Désolé pour la méthode un peu trop brutale mais je n’ai pas pensé à autre chose sur le moment.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Mar 23 Nov 2010 - 0:41

Sa main se refermait délicatement sur la mienne, j’étais en totale confiance avec lui, ce qui était en soit un exploit. Je le regardais dans les yeux lorsqu’il s’essuya avec sa manche où j’aperçus des taches de sang. Je m’en voulais terriblement… Puis il prit la parole.

« Désolé. Je me suis laissé emporter par les évènements. J’avais besoin d’évacuer un peu. J’ai faillit tout foutre en l’air par deux fois. Désolé, ça a probablement dut être difficile pour toi. »

Je le regardais toujours. Dur pour moi ? Non, dur pour lui, c’est à lui qu’inconsciemment j’avais fait du mal, je ne savais faire que ça… dans ces mots qu’il me prononçait je sentais que quelque chose coinçait. Quelque chose en lui refusé de sortir, il ne me disait pas tout. Tout ce qu’il avait sur le cœur, mon regard devint un peu plus triste et je baissai la tête c’est alors qu’il se décida à parler.

« Pour être franc, je pleure surtout parce que je m’en veux. J’aurais dut agir autrement. Je savais comment faire. C’est juste que je n’ai pas put m’en rappeler à temps. A cause de moi tu as faillit mourir. Ne le nie pas, c’est vrai. Et c’est dur à admettre. D’autant plus que tout ça m’a rappelé des souvenirs plutôt désagréables. Mais bon je ne sais pas si c’est ce que tu veux entendre, vu ton état. Au pire ça peut très bien attendre. » Je releva alors mon regard. Cela m’intriguait, quels étaient ces souvenirs ? « Ne bouge pas, je vais aller te chercher ton thé, il est juste à côté et probablement prêt maintenant. »

Sa main lâcha alors la mienne et mes angoisses revinrent. Bizarre. Cette personne me faisait cet effet là, c’était déstabilisant, je n’avais plus ressentis ça depuis longtemps. Il revint quelques minutes plus tard avec un plateau sur lequel se trouvaient la théière et les tasses. Je me relevais doucement n’ayant plus de force et lui souriais, il reprit ensuite mes mains.

« Au fait tu te sens comment ? Un peu mieux peut-être. Il me semble que la coupure a arrêté de saigner maintenant. Désolé pour la méthode un peu trop brutale mais je n’ai pas pensé à autre chose sur le moment.»

« Merci… C’est gentil tout ce que tu fais… Ne t’inquiète pas ça va mieux.» Dis-je en touchant mon bras et en le faisant bouger un peu.

Je pris ensuite la théière et servit les tasses. Après nous avoir servit je posai ma tasse su mes jambes, attendant que le liquide refroidisse pour le porter à mes lèvres.


« Au fait je suis désolé pour ta chemise… Si tu veux dans la valise de droite qui est sous ma commode il y a des chemises qui appartenaient à mon père. Je crois que ça lui aurait fait plaisir que tu en portes une, après tout… tu m’as sauvé la vie. » A la fin de cette phrase je porta la tasse de thé à mes lèvres, le regard perdu dans celui-ci, comme pour m'évader. Le liquide encore chaud passait dans mon corps, je sentais le chemin qu’il faisait, cela me détendait. « Tu sais… Désolé je ne sais pas comment demander ça mais… Quels sont ces souvenirs auxquels tu pensais ? » Je le fixais non sans gênes mais pourtant cela était plus fort que moi j’avais envie de le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Mer 24 Nov 2010 - 19:53

*Mes souvenirs…*

Elle voulait savoir. C’était bien la première fois que quelqu’un me demandait d’en parler. Enfin quelqu’un qui n’était pas psy. Oui, j’avais été obligé de consulter. Ordre de mes parents. En même temps, je les comprenais. J’avais faillit mourir à cause de mes erreurs alors ils ne voulaient plus prendre de risque. J’avais quand même eu de la chance. Ils auraient put tout aussi bien me déshériter et me laisser croupir dans une cellule. Non au lieu de cela ils avaient essayé de m’aider. A vrai dire, je ne comprenais pas vraiment pourquoi, vu tous les problèmes que je leur avais posés.

Pourtant, je ne voulais pas mentir à Lucy et lui cacher la vérité. Je ne savais me l’expliquer, enfin, je ne voulais plutôt pas me l’expliquer, mais je voulais en savoir plus sur elle, la connaître. Et si cela devait passer par mon histoire, alors pourquoi pas. Je remontais les manches de ma chemise, révélant de nombreuses traces sur mes avants bras. Ils étaient parsemés de points, semblables à des piqures de moustique, mais en plus violent. Parfois même on voyait que cela avait déchiré la peau. La plupart des traces suivaient mes veines, toujours plus nombreuses lorsque l’on se rapprochait du coude.


« Durant ces dernières années, j’ai été un junkie. J’étais totalement accro. Je me shootais avec tout ce qui me tombait sous la main. Drogue dure, acide ou bien hallucinogène. Je n’en suis pas franchement fier mais j’ai essayé beaucoup de choses. Trop même. Jusqu’à ce que je me réveille dans un lit d’hôpital et me rende compte que j’avais perdu plusieurs années de ma vie. J’étais vide, complètement détruit. Rien de plus qu’un corps gardé en vie par des machines. Je n’étais rien. Et encore maintenant je ne suis pas sûr de ce que je suis. Je vais en cours et j’étudie aussi. Mais pour faire quoi ? Quel est l’intérêt ? J’ai encore du mal à le voir mais je veux le trouver. Sauf que parfois, c’est trop compliqué. Trop difficile d’essayer de me reconstruire avec tout ce qu’il y a à faire. »

Ma voix se tut. Voilà c’était ça ma vie. Un ensemble vide. Un enchainement d’erreurs toujours plus graves les unes que les autres.

« Et le pire dans tout ça c’est que je suis incapable de savoir pourquoi ni quand ni comment j’ai commencé à me droguer… »

Ça faisait mal. Ignorer même ce que j’avais fait avant. Certains aimaient les blackouts. Pour moi c’était le contraire, trop douloureux. Ce n’était pas juste une absence de quelques minutes ou heures de ma vie. Non, c’étaient des pans entiers qui s’étaient envolés. Parfois même, le fait de dormir d’un sommeil sans rêves suffisait à me déstabiliser pendant une demi-journée avant que je me rendre finalement compte que tout était normal. J’étais détruit et je ne savais pas si je pouvais me reconstruire un jour.

« Voilà, c’est ça mon histoire. Un imbécile qui ne doit sa vie qu’à la chance et à l’acharnement de médecins dont il ne connaît même pas le nom. C’est grâce à eux si je suis encore là. Pourtant, si j’avais été moins stupide, ils auraient put soigner quelqu’un qui en aurait vraiment eu besoin à ce moment là. Alors même inconsciemment, je cherche à me rattraper. Essayer de me rendre utile. Je ne peux tout simplement plus regarder quelqu’un souffrir sans rien faire. Même si c’est égoïste de ma part. »

Courte pause avant d’ajouter :

« Désolé, ce n’est pas vraiment ce que je devrais dire pour que tu te remettes plus rapidement en état… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Lun 29 Nov 2010 - 23:08

Le silence était présent dans la chambre, je n’entendais plus que ça. Je n’aurai peut-être pas dû poser la question. Qui sait ? Je posais donc ma tasse sur le rebord de la table et le regardais attentivement, essayant de percevoir si je l’avais blessé ou non, c’est alors qu’il commença à m’expliquer son histoire. Je ré-appuyais donc mon dos sur le coussin et l’écoutais raconter son histoire, sa vie, ce qui l’avait brisé. Cela se voyait à ses yeux qu’il était, il fallait être aveugle pour ne pas le remarquer…

« Durant ces dernières années, j’ai été un junkie. J’étais totalement accro. Je me shootais avec tout ce qui me tombait sous la main. Drogue dure, acide ou bien hallucinogène. Je n’en suis pas franchement fier mais j’ai essayé beaucoup de choses. Trop même. Jusqu’à ce que je me réveille dans un lit d’hôpital et me rende compte que j’avais perdu plusieurs années de ma vie. J’étais vide, complètement détruit. Rien de plus qu’un corps gardé en vie par des machines. Je n’étais rien. Et encore maintenant je ne suis pas sûr de ce que je suis. Je vais en cours et j’étudie aussi. Mais pour faire quoi ? Quel est l’intérêt ? J’ai encore du mal à le voir mais je veux le trouver. Sauf que parfois, c’est trop compliqué. Trop difficile d’essayer de me reconstruire avec tout ce qu’il y a à faire. »

J’étais stupéfaite, je regardais ses bras parsemés de piqures. Je ne savais pas comment réagir, je baissai donc les yeux et continuais de l’écouter plus qu’attentivement.

« Et le pire dans tout ça c’est que je suis incapable de savoir pourquoi ni quand ni comment j’ai commencé à me droguer… »

Cela m’étonnais, comment ne plus se souvenir de ce genre de chose, mon corps, à cet instant était parcourut d’une indécelable sensation. Laquelle ? je ne sais pas vraiment… Je ne pouvais pas expliquer, tout comme le fait que mon corps avait commencé à trembler discrètement.

« Voilà, c’est ça mon histoire. Un imbécile qui ne doit sa vie qu’à la chance et à l’acharnement de médecins dont il ne connaît même pas le nom. C’est grâce à eux si je suis encore là. Pourtant, si j’avais été moins stupide, ils auraient put soigner quelqu’un qui en aurait vraiment eu besoin à ce moment là. Alors même inconsciemment, je cherche à me rattraper. Essayer de me rendre utile. Je ne peux tout simplement plus regarder quelqu’un souffrir sans rien faire. Même si c’est égoïste de ma part… Désolé, ce n’est pas vraiment ce que je devrais dire pour que tu te remettes plus rapidement en état… »

Je baissais la tête un peu plus, serrant les poings, je m’en voulais, il n’avait peut être pas envie de m’en parler après tout ? Avalant ma salive non sans peine je me décidais à lui répondre.

« Non… Pardon. C’est plutôt à moi de m’excuser… Tu ne me connais pas et je te pose des questions totalement indiscrètes sur ta vie… Si mes parents me voyaient, je crois qu’ils n’apprécieraient pas… » Dis-je en refreinant un sanglot masqué par un rire fictif.

Le verrait-il ? Où étais-je encore douée pour cacher cette douleur omniprésente ? Je sentais une larme chaude réchauffer le dessous de mon œil. Peut-être n’y arrivais-je plus….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Lun 29 Nov 2010 - 23:46

And please don’t cry
I know your heart is broken
So I’m trying to help you


« Ce n’est pas grave tu sais. Même si c’est une partie de mon histoire dont je ne suis pas particulièrement fier, je n’ai pas non plus besoin de le cacher, bien que je l’avoue, j’aimerais que tu ne le répètes pas si possible. Tout le monde ne réagirait pas comme toi. »


Ce n’était pas totalement vrai, à part mes parents et des personnes sous secret professionnel, personne n’était au courant, principalement pour des raisons légales. Si cela venait à se divulguer, je serais bon pour un séjour à l’ombre. Même si j’étais à peu près sevré, il devait rester des traces de drogue dans mes cheveux ou dans mon ancienne chambre. Bref, je n’étais pas encore tiré d’affaire. Je devais faire profil bas pendant un moment pour éviter les ennuis. Mais bon, ce n’était encore que le fruit de mes actions donc je n’avais pas à me plaindre. Je restais celui qui avait fait des erreurs et c’était à moi de vivre avec les conséquences.

Puis je remarquais une larme apparaître sur le coin de l’œil de Lucy. Elle pleurait à cause de ce que j’avais dit ? Pourquoi ? Ce n’était pas parce qu’elle m’avait forcé que je lui avais raconté mon histoire, non c’est parce que je le voulais. Il n’y avait aucun problème. Alors pourquoi pensait-elle le contraire ?

Avant d’avoir eu le temps de réfléchir, j’avais déjà quitté ma chaise pour venir m’asseoir sur le lit pour prendre la jeune fille dans mes bras, tentant maladroitement de la réconforter. Je n’avais pas l’habitude. C’était la première fois que je pensais vraiment aux autres avant moi-même. C’était déroutant, mais en même temps légèrement réconfortant de savoir que j’étais encore capable de réagir à des émotions.


« Tu sais, même si c’est peut-être indiscret, si je t’ai raconté tout ça, c’est parce que je le voulais. Il n’y a pas de quoi s’excuser. C’était même plutôt apaisant de t’en avoir parlé. C’est comme si je m’étais libéré d’un poids qui restait sur mes épaules. Merci »

J’espérais que mes mots allaient l’atteindre, la consoler. Elle vivait déjà quelque chose d’assez éprouvant, il n’y avait pas besoin d’avoir des soucis en plus pour rien. J’avais agit de ma propre volonté et j’espérais qu’elle l’avait compris. Elle était si triste. Et puis ce qu’elle avait dit, si ses parents la voyaient. Ça et le fait qu’elle parlait de son père au passé. Ils étaient morts ? Elle vivait seule depuis tout ce temps ?

« Tes parents sont morts non ? Cela fait combien de temps que tu vis seule ? »

Maybe you can’t smile
Maybe you’ve forgotten how to do
But now here I am
And I want to learn this to you

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Mar 30 Nov 2010 - 0:17

« Ce n’est pas grave tu sais. Même si c’est une partie de mon histoire dont je ne suis pas particulièrement fier, je n’ai pas non plus besoin de le cacher, bien que je l’avoue, j’aimerais que tu ne le répètes pas si possible. Tout le monde ne réagirait pas comme toi. »


Sans m’en apercevoir je senti une chaleur contre moi, il venait m’étreindre. J’écarquillais les yeux, je ne m’attendais pas à ça de sa part et l’entourai alors de mes bras, le serrant fort, mes larmes coulant en silence. J’en avais besoin, j’avais besoin de pleurer. Même si je détestais le faire devant des personnes, pleurer à ce moment là me libérait et je repensais à cette journée avant qu’il ne continue à parler.

« Tu sais, même si c’est peut-être indiscret, si je t’ai raconté tout ça, c’est parce que je le voulais. Il n’y a pas de quoi s’excuser. C’était même plutôt apaisant de t’en avoir parlé. C’est comme si je m’étais libéré d’un poids qui restait sur mes épaules. Merci »

* Merci à toi et de rien…*

Je le serrai un peu plus fort jusqu’à ce qu’il me pose une question, à ce moment là je me défis de son étreinte et essaya d’essuyer mes larmes.

« Tes parents sont morts non ? Cela fait combien de temps que tu vis seule ? »

Après une grande inspiration je me décidais donc à répondre.

« Mes parents sont morts dans un accident de voiture lorsque j’avais 10 ans… Ca fait 7 ans jour pour jour aujourd'hui... » Je me stoppai et mes larmes redoublèrent. « C’est de ma faute s’ils sont morts… après ça la seule famille qu’il me restait était ma grand-mère mais comme elle ne pouvait pas s’occuper de moi j’ai dû être placé… de famille en famille et à chaque fois mon cas s’aggravait… à mes seize je me suis faite émancipée… je voulais vivre avec ma grand-mère, m’occuper d’elle mais je n’ai pas pu… » Me rendant compte que j’en avais peut-être trop dit je me tus. « Pardon je suis allée trop loin de mon explication, ma vie n’en vaut pas la peine… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Mar 30 Nov 2010 - 21:20

Sitôt j’eu posé cette question que je le regrettais déjà. C’était trop intime, comme elle me l’avait dit un peu plus tôt. Je la connaissais à peine. Et surtout, parler de la mort de ses parents alors qu’elle venait juste de faire une tentative de suicide ou du moins de se mutiler. J’étais stupide et ça la faisais pleurer. J’avais voulu détourner la conversation, laisser mon histoire inintéressante de côté. Mais je n’aurais pas dut. C’était plus difficile de la voir pleurer que de parler de mes erreurs passés et surtout plus éprouvant pour elle.

« Désolé, je n’aurais probablement pas dut le demander. C’e n’est pas le genre de souvenir dont on souhaite se rappeler. »

Je pris ses mains dans les miennes, espérant que ce simple geste lui permettrait de se sentir mieux, moins seule. Je ne savais pas vraiment réconforter les gens mais pour elle, je voulais quand même essayer. Je voulais l’aider, elle en avait clairement besoin. Ses larmes, sa voix brisée tout comme son histoire, tout me le criaient et je ne pouvais, non je ne voulais tout simplement pas les ignorer et la laisser seule avec elle-même.

« Cela n’a pas dut être facile à vivre. Ne plus avoir de repère auquel se rattacher, rester seule… »

Je fis une courte pause, rassemblant mes mots avant de reprendre. Je ne savais pas si elle allait comprendre ce que je voulais lui dire. A vrai dire, je craignais aussi qu’elle le prenne mal, qu’elle pense que je voulais me glisser dans sa vie privée mais en même temps je ne voyais pas d’autres solutions. Je ne voulais pas qu’elle pense que sa vie ne servait à rien. C’était trop triste.

« Tu sais, je ne suis pas d’accord pour dire que ta vie n’en vaut pas la peine. Je suis peut-être mal placé pour en parler mais tu ne devrais pas laisser ta vie fuir comme ça. Tes parents ont souhaité ta venue au monde, que tu prennes leur relève tout en vivant aussi par et pour toi-même. Même si tu ne sais peut-être pas encore pourquoi. Ce qu’il te faut, c’est un but, un objectif, quelque chose en lequel tu pourrais croire… Et ne plus rester seule. »

Je la regardais dans les yeux. Je voulais savoir sa réponse. Savoir comment elle allait réagir même si, je l’avoue, je n’étais pas non plus confiant. J’avais peur qu’elle ne comprenne pas, plutôt qu’elle comprenne mal ce que je voulais lui dire et que ça la blesse encore plus. Ça devait se voir dans mon regard, j’étais inquiet. Même si c’était normal, j’aurais préférer montrer plus de calme, afin qu’elle puisse se reposer un peu sur moi, qu’elle oublie sa solitude, même si ce n’était que pour un seul instant.

‘Cause now I’ll stay
Until you can dream again
Don’t forget that you’re not alone

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Jeu 2 Déc 2010 - 20:59

« Tu sais, je ne suis pas d’accord pour dire que ta vie n’en vaut pas la peine. Je suis peut-être mal placé pour en parler mais tu ne devrais pas laisser ta vie fuir comme ça. Tes parents ont souhaité ta venue au monde, que tu prennes leur relève tout en vivant aussi par et pour toi-même. Même si tu ne sais peut-être pas encore pourquoi. Ce qu’il te faut, c’est un but, un objectif, quelque chose en lequel tu pourrais croire… Et ne plus rester seule. »

Je le regardais puis baissais les yeux, je ne savais pas vraiment quoi dire en fait. J’avais juste envie de tout lâcher, juste envie de m’évader, de dire une dernière fois à quelqu’un ce que je pensais de ma vie, pourquoi je n’y arrivais plus mais rien ne sortait. Il avait beau m’avoir sauvé je me méfiais… Pourquoi ? Il m’avait raconté une partie de sa vie et m’avait fait confiance. Moi… je n’en étais toujours pas capable et je m’en voulais. Je ne savais faire que me plaindre, me lamenter sur mon sort, je ne voulais pas que ça continue avec lui. Même si je savais qu’i ne réagirait pas comme les « amis » à qui je m’étais confiée avant.

* Tôt ou tard il fera comme les autres. *

Oui à coup sûr, comme à chaque fois. Je le regardais à nouveau dans les yeux. Non ce n’était pas possible, pas avec des yeux tel que les siens, il ne pouvait pas être comme les autres et s’il l’était je ne pourrai m’en convaincre. J’étais vraiment stupide.

« Tais-toi ! » Marmonnais-je à voix presque inaudible.

Je ne le disais pas à moi mais à elle… Non ce n’était pas possible ile ne pouvait pas. Et encore une fois j’allais passer pour une folle. Il ne me comprendrait pas à coup sûr.

* Il va partir et te laisser. Faire comme tous les autres, comme tes parents. C’est pour ça que tu n’es jamais restée longtemps dans une famille. Tu n’es rien qu’une pauvre merde ! VA-T- EN !!!! Et dis lui de te laisser seule par la même occasion !*

Mes mains avaient lâché les siennes pour se poser sur mes oreilles, non il ne fallait pas que je craque. Ce n’était qu’une voix, je divaguais et tout ça n’était pas réel. Non rien n’était réel, c’était à cause du sang que j’avais perdu.

« Dégage ! » Me dis-je encore une fois à moi-même et à ce moment la mon poing se referma pour venir heurter violemment le mur derrière moi.

J’étais de nouveau en larmes et mis un coussin entre mes genoux et mon visage afin que Alto ne me vois pas pleurer encore plus.

« Je suis désolé pour tous les tracas que je t’ai causé c’est mieux pour toi si tu pars… Il vaut mieux se tenir éloigner de moi… Je suis désolée tout est de ma faute ne pense pas le contraire... » Dis-je entre deux sanglots.

Pour une fois que j’aurai peut-être pu me faire un ami… Tout partait en fumée…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Ven 3 Déc 2010 - 19:19

« Dégage ! »

Ce simple mot me percuta de plein fouet. Aussi violent que le point de Lucy qui heurta le mur. Je ne comprenais pas. Je ne m’attendais pas à une réponse aussi violente. Pourtant au final, c’était normal. A cause de moi, elle s’était profondément entaillée le bras et en plus je l’avais forcée à me raconter ce qui était arrivé à sa famille. Tout cela était de ma faute, elle devait m’en vouloir. Pourtant ça faisait mal. Mon corps tremblait légèrement à cause du choc, même si je ne voulais pas le montrer. Je m’étais fait rejeter et je devais l’accepter… Il fallait que je parte. Pourtant, ce qu’elle ajouta me retint.

« Je suis désolé pour tous les tracas que je t’ai causé c’est mieux pour toi si tu pars… Il vaut mieux se tenir éloigner de moi… Je suis désolée tout est de ma faute ne pense pas le contraire... »

Je ne comprenais plus. Je pensais qu’elle était en colère contre moi. Qu’elle voulait que je la laisse tranquille, que j’arrête de lui poser des questions embarrassantes. Pourtant ce n’était finalement pas peut-être après moi qu’elle en avait. Elle voulait que je m’éloigne d’elle parce qu’elle avait peur que rester avec elle me blesse. Malgré tout, je ne pouvais pas me résoudre à cela. C’était tout simplement impossible. Je ne pouvais pas me résoudre à l’abandonner. Malgré ce qu’elle venait de dire. Malgré le fait que je la connaissais à peine. Parfois, il n’y avait pas besoin de temps pour qu’une relation se fasse. Et c’était le cas pour moi en ce moment même. Je ne pouvais tout simplement pas m’imaginer laisser Lucy seule

« Non, tout n’est pas de ta faute. Si je ne t’avais pas fait peur, tout ça n’aurait pas été aussi loin. Tourne ça comme tu veux, mais je suis celui qui a fait une erreur, pas toi. »

En disant cela, je l’enlaçais une nouvelle fois, un peu moins maladroitement, essayant comme je pouvais de la réconforter. Même si cela lui faisait de la peine dans un premier temps, je ne voulais pas la laisser seule. Pas avec tout ce que je savais et cette alchimie de sentiments qui était apparue dans mon esprit. Je repris donc d’une voix douce.

« Tu sais, si je me fais du souci pour toi, c’est parce que je ne veux pas que tu restes seule. Tu as besoin de quelqu’un pour t’aider, t’écouter et te soutenir quand tu en as besoin. Et là c’est le cas, alors je ne veux pas partir. Mais si c’est trop difficile, je ne veux pas non plus t’imposer ta présence. C’est à toi de voir, mais s’il te plait, réfléchis bien à ce que tu veux. »

J’espérais que cela allait l’aider à se sentir mieux, à se détendre un peu. Je voulais qu’elle se rende compte qu’elle n’était pas seule et qu’elle pouvait compter sur moi si besoin. Pourtant, je ne savais pas si elle voulait de cette aide ou si elle était capable de l’accepter. Tout cela devait sans doute être trop rapide. Elle était seule depuis tellement de temps et je venais à peine d’apparaître dans sa vie…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Ven 3 Déc 2010 - 20:06

« Non, tout n’est pas de ta faute. Si je ne t’avais pas fait peur, tout ça n’aurait pas été aussi loin. Tourne ça comme tu veux, mais je suis celui qui a fait une erreur, pas toi. »

Je n’eus pas le temps de dire un mot qu’il m’enlaçait de nouveau. Je me sentais vraiment bien dans ses bras, pour une fois je ressentais ce que le mot amitié pouvait vouloir dire, même si je ne connaissais Alto que depuis peu…

« Tu sais, si je me fais du souci pour toi, c’est parce que je ne veux pas que tu restes seule. Tu as besoin de quelqu’un pour t’aider, t’écouter et te soutenir quand tu en as besoin. Et là c’est le cas, alors je ne veux pas partir. Mais si c’est trop difficile, je ne veux pas non plus t’imposer ta présence. C’est à toi de voir, mais s’il te plait, réfléchis bien à ce que tu veux. »

* Dis lui de partir, dis lui de se casser d’ici !*

J’eus un nouveau sanglot et me décidais à lui répondre.

« Ce n’est pas ta faute je t’assure, je ne veux pas que tu partes mais je ne sais plus comment faire… » Peut-être qu’après ce que j’allais lui dire il allait partir en disant que j’étais folle mais j’en avais besoin…

« Souvent j’ai comme l’impression qu’une bête prend possession de moi, je ne sais pas comment expliquer mais elle s’empare de moi et je ne suis plus maître de moi… Je dis et fais des choses que je ne veux pas. C’est comme si un côté maléfique ressortait. Tu vas surement dire que je suis folle… Et honnêtement tu aurais raison de le penser, seuls les psys que j’ai vu ne l’ont pas dit jusqu’à présent… Mais eux ils n’ont rien fait pour arranger les choses, ils ne m’ont jamais aidée comme j’en avais besoin. Je n’étais qu’une ado dépressive suite à la mort de ses parents et ayant une double personnalité. Rien qu’un sujet d’expérience parce que je me mutilais par n’importe quel moyen, parce que j’y arrivais toujours… J’arrivais toujours à me faire du mal, à croire que je suis douée pour ça hein… » Je m’arrêtai en riant légèrement avant de reprendre. « Lorsqu’ils ont découvert à cause d’une énième tentative de suicide que j’étais alcoolique ils ont presque clos le sujet en disant que je passais par ma phase de crise d’adolescence…. C’est con je les ai haï à ce moment parce qu’ils avaient faux sur toute la ligne. Mais peut être qu’en fait c’est vrai… Je ne suis qu’une ado immature en pleine crise… Pardon je recommence avec mes monologue…»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   Dim 5 Déc 2010 - 19:23

Je l’écoutais, silencieux. Elle avait besoin de parler et je le comprenais plus que quiconque. Je savais parfaitement ce que ça faisait de vivre avec un poids dont on voulait pouvoir un jour se libérer. Sans que cela soit forcément possible. Parce que ce n’était pas la bonne personne, parce qu’elle ne comprenait pas. Alors dès que l’on croisait quelqu’un qui pouvait comprendre, ou même juste écouter sans émettre la moindre critique ou moquerie, on essayait de se libérer, même si ça ne marchait pas forcément à chaque fois. Elle avait de la chance. Je pense que j’étais capable de le faire, de l’écouter, de la laisser parler sans l’interrompre ou la juger. Sans aller jusqu’à dire que j’étais la personne idéale, je pouvais faciliter les choses. J’étais en décalage avec mes propres sentiments, du coup ils m’atteignaient moins facilement et je pense que je pouvais donc du coup réagir comme il le fallait, comme je le voulais sans laisser mes sentiments m’emporter. Ce n’était pas facile à expliquer, mais je sentais que je pouvais le faire.

Je l’écoutais, silencieux, la gardant dans mes bras, la soutenant. Attendant qu’elle dise tout ce qu’elle voulait me dire. Sans la brusquer, sans l’interrompre. En cet instant, rien ne comptait hormis elle. Le reste m’importait peu. Ce ne fut que lorsqu’elle eut finit que je pris la parole, d’une voix douce :


« Non ce n’est pas grave, c’est même plutôt bien d’en parler je trouve. »

C’était une histoire triste. L’histoire d’une fille que l’on avait laissé à elle-même, que l’on trainait à droite et à gauche sans aucun scrupule concernant son bien être, ses sentiments. L’histoire d’une vie qui en pouvait pas s’écrire, uniquement là pour des observations, des expériences ou des analyses. C’était normal qu’elle ne puisse plus avoir confiance en personne. Avec elle, l’humanité ne s’était pas montrée sous son meilleur jour, bien au contraire

« Tu as dû te sentir terriblement seule, sans personne pour essayer de te comprendre ou de vraiment t’aider. »

Je fis une courte pause avant d’ajouter :

« Si tu veux, moi je peux essayer… »

J’étais on ne peut plus sérieux. Comme je l’avais déjà dit auparavant, je voulais l’aider, rendre service comme autrefois on m’avait rendu service. Il n’y avait cependant pas que cela. Je ne saurais pas dire quoi, mais il y avait quelque chose d’autre. Je ne saurais pas vraiment dire ce que c’était. Ayant beaucoup été seul, ou alors dans un autre monde, je n’avais aucune idée de la nature des sentiments que j’éprouvais pour Lucy ? Etait-elle comme une amie ? Comme une sœur ? Ou était-ce plus que cela ? Je n’en savais rien, tout s’embrouillait dans mon esprit, ne me laissant qu’une et une seule conviction. Je voulais l’aider. Je voulais qu’elle puisse à nouveau sourire. Je ne voulais pas qu’elle soit à nouveau seule.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: At home[PV Lucy/suite]   

Revenir en haut Aller en bas
 
At home[PV Lucy/suite]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» [Love & Pets] Une démone en danger ( suite des ruelles ) [PV: Lucy & Jérémy]
» LUCY WEASLEY ? victory needs sacrifice.
» Lucy Green & Lyse-Marie Chartreaux
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beware... :: Appartements-
Sauter vers: